Le mariage

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est bride-couple-groom-hands-holding-hands-love-1366743-pxhere.com_-1024x683.jpg.

LE MARIAGE CHRÉTIEN


Dans le cœur de tout homme retentit un appel à vivre un amour fort qui dure toujours. Le mariage est l’expression de cet appel qu’a l’homme à se donner tout entier. Dans cette union indissoluble, il est ainsi « image de Dieu ».

« Dieu créa l’homme à son image ; à l’image de Dieu il le créa, homme et femme, il les créa » (Gn 1, 27).

Le couple humain est image de Dieu lorsqu’il vit ce don réciproque total des personnes, que les époux se font le jour de leur mariage, mais qu’ils sont appelés à renouveler chaque jour de leur vie.

Le mariage est d’abord une réalité naturelle fondée sur la complémentarité de l’homme et de la femme. Il se fonde sur la liberté des époux de s’engager l’un envers l’autre, sur l’indissolubilité du lien créé par le don réciproque, sur la fidélité absolue entre les époux et sur l’accueil de la vie dans les enfants.

Le Christ a élevé cette réalité naturelle à la dignité de sacrement.

Toute la Bible est une histoire d’amour entre Dieu et l’homme. Depuis le livre de la genèse et la création de l’homme et de la femme, jusqu’au livre de l’Apocalypse, avec des noces de l’agneau, le mariage du Christ et de L’Église. Le mariage est un sacrement, parce qu’il est signe pour le monde de cet amour de Dieu pour les hommes.

« C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne seront qu’une seule chair. Ce mystère est grand : moi, je déclare qu’il concerne le Christ et l’Église » (Ep 5, 31-32).

Pour vous marier à la Paroisse, merci de prendre contact avec la paroisse, au moins 1 an avant la date du mariage.

La préparation au mariage comporte des rencontres individuelles avec le prêtre et aussi deux journées de partage avec d’autres couples désirant se marier, accompagnés par des couples déjà mariés et une journée diocésaine.


Contact sur la paroisse :  Carole et Cyrille Prache cycaprache@wanadoo.fr

La confirmation


Là où certains parlent de ‘‘Confirmation’’, d’autres parlent de ‘‘Chrismation’’. Ce second terme est plus adapté pour nous aider à comprendre de quoi il est question.

Le don de l’Esprit Saint est le grand don promis par Dieu par l’intermédiaire des Prophètes. Jésus est vu par Jean-Baptiste comme celui sur qui l’Esprit descend et repose. Jésus lui-même annonce qu’après être monté au Ciel auprès du Père, il enverra l’Esprit Saint. L’événement de la Pentecôte (Actes 2,1-4) manifeste la réalisation de ce don.

Désormais, l’Esprit Saint n’est plus seulement attendu, il est donné et reçu. Les apôtres vont transmettre ce don jusqu’à nos jours. Le sacrement de Confirmation est l’événement de la Pentecôte aujourd’hui pour le baptisé qui le reçoit.

‘‘Confirmation’’ veut dire que Dieu confirme, c’est-à-dire ‘‘rend ferme’’, le don qu’il a initié au baptême. C’est pour mieux marquer le lien à la Pentecôte que l’Église latine a réservé à l’Évêque le soin de donner le sacrement de Confirmation. En recevant le sacrement de Confirmation, le baptisé consent à être fortifié par la puissance de l’Esprit Saint afin de vivre l’Évangile dans toute sa profondeur.

Qui peut être confirmé ?

Tout baptisé, quelque soit l’âge. Une préparation adaptée s’adresse aux plus jeunes ou aux adultes. N’hésitez-pas   à nous demander.



La 1ère communion

Le grand désir de Dieu est d’entrer en relation avec l’être humain et de venir demeurer chez lui. Cette rencontre peut se faire de multiples manières. Il y a aussi bien des manières pour Dieu de venir demeurer chez nous. Il en est une qu’il a particulièrement souhaitée : que nous le recevions comme nourriture, pour vivre de sa vie, aimer comme lui. D’où l’importance de bien préparer sa « première communion ».

Faire sa première communion

Jésus a voulu laisser le « signe » de son amour et de sa vie donnés. Il a voulu communiquer sa force d’amour. Il l’a rendu possible par le don de son corps et de son sang comme « vraie nourriture » et « vraie boisson », dans l’eucharistie (encore appelée la Messe).

Qui peut faire sa première communion ?

 Communier suppose d’être baptisé(e), c’est-à-dire d’être entré(e) dans la famille des enfants de Dieu par le baptême. Communier suppose aussi de vouloir vivre en amitié avec le Christ, selon son Évangile, et dans toute sa vie. (Faire sa première communion n’est donc pas un simple rite social, encore moins une conclusion du catéchisme).

L’enfant doit lui-même le vouloir, et ses parents eux-mêmes doivent soutenir leur enfant en s’intéressant à son cheminement et en l’aidant à aller à la messe et à vivre selon l’Évangile.

Aujourd’hui, beaucoup d’adultes qui demandent à être baptisés, sont également préparés à faire leur première communion. Des adultes, baptisés mais n’ayant pas fait leur première communion, demandent également à la faire. Mais depuis longtemps, l’Église considère que les enfants qui vivent déjà chrétiennement et qui participent à la Messe régulièrement, peuvent communier, moyennant une bonne préparation.

Comment se préparer à faire sa première communion ?

Les adultes se préparent dans le cadre du ”catéchuménat”. La paroisse prépare aussi les enfants à leur première communion, dans le cadre du catéchisme, dans leur année de CM1 (environ 9/10 ans). La première communion se fait après deux ans de catéchisme.

L’eucharistie

L’Eucharistie est « source et sommet de toute la vie chrétienne »

Signification

Eucharistie signifie en grec action de grâce : 
Louange, action de grâce rendue à Dieu. Chez les chrétiens, et plus précisément chez les catholiques, l’Eucharistie est la célébration du sacrifice du corps et du sang de Jésus-Christ présent sous les espèces du pain et du vin.

Tout le monde peut-il communier ?

Des baptisés participent à la messe sans pouvoir communier : des personnes qui n’ont pas fait leur première communion, d’autres qui ne se sont pas confessées depuis plus d’un an, d’autres dont la situation personnelle est objectivement contraire à l’Évangile sur un point important. Dans l’attente de pouvoir rentrer à nouveau dans la plénitude de la grâce de Dieu, ce passage de l’Évangile peut éclairer : « N’empêchez pas les enfants de venir à moi. Celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu à la manière d’un enfant n’y entrera pas. Et Jésus serrait dans ses bras les petits enfants et les bénissait en leur imposant les mains ». (Marc 10, 14, 16)

Qu’est-ce qui nous est demandé là ? De croire de toute notre âme que Dieu notre Père est bon. De croire de toute notre âme que le chemin qu’il nous montre par le Christ et l’Esprit est juste et bon.

Si vous ne pouvez pas communier parce qu’un obstacle vous en empêche pour le moment, laissez cependant le Christ vous prendre dans ses bras. Approchez-vous dans la procession de communion, les bras croisés sur les épaules pour exprimer votre accord avec Jésus et l’Église sur ce qu’ils nous demandent, votre volonté de conversion, votre amour pour Jésus et l’Église et pour recevoir, non le Corps du Seigneur, mais cette petite croix de bénédiction qui vous dit que l’Église vous porte en votre chemin.

La confession

Dieu aime les hommes sans limite et désire avoir une relation personnelle avec chacun d’eux : c’est sur cette certitude que repose la foi chrétienne. Ce qui coupe de cette relation de confiance et d’amour, c’est l’égoïsme, l’orgueil, la jalousie… Le sacrement de réconciliation permet de restaurer cette relation.

Le baptême

Le baptême est le rite chrétien par lequel Dieu le Père fait de chacun de nous son enfant. Par le baptême, nous devenons réellement enfants adoptif de Dieu, et donc frère et sœur de tous les enfants de Dieu. Le baptême est la porte d’entrée dans l’Église.

Le baptême des tout-petits

Dans l’Église catholique, la tradition de baptiser les tout-petits enfants est très ancienne. Le bébé est baptisé dans la foi de ses parents, parrain et marraine et dans la foi de l’Église.

Le baptême des tout-petits se donne avant l’âge de 2 ans.

Le baptême des enfants en âge de scolarité

Les enfants plus âgés (scolarisés en primaire) peuvent faire une expérience personnelle de la foi chrétienne. Lors de la cérémonie du baptême, ils devront exprimer eux-mêmes leur foi au Christ et leur désir personnel de le suivre.

 C’est pourquoi, quand ils demandent le baptême, avec l’accord de leurs parents, une préparation sur une année leur est proposée. Cette durée s’explique par le fait que le baptême amène des changements dans la vie du baptisé. A la mesure de leur liberté en croissance, les enfants doivent éprouver leur détermination à vouloir le recevoir et à vivre en chrétiens.

Au collège ou lycée, le baptême peut également être reçu, prendre contact avec la paroisse, pour les modalités.

Le baptême des adultes

De plus en plus d’adultes demandent le baptême dans l’Église catholique. Préalablement au baptême, un long cheminement est pourtant à faire. C’est le temps du catéchuménat, où Dieu se fait chercher pour se faire connaître, et aimer. C’est le temps où la Parole de Dieu et la vie des chrétiens font cheminer et sollicitent la liberté.