DIMANCHE DE LA MISÉRICORDE, 11 avril 2021

Les églises de Banon et de St Étienne ont vécu deux évènements différents et néanmoins festifs en ce jour de la Miséricorde Divine.

L’église de Banon a accueilli la statue de la Vierge à l’enfant qui se trouvait depuis 50 ans dans la cour du presbytère. Comme des travaux importants sont prévus dans le mur de soutènement du parvis de l’église, cette statue devait être déplacée. Elle est maintenant à l’abri à coté du tabernacle de l’église.

A Saint Etienne ce sont deux charmants garçons qui se sont vus remettre leur aube de servant d’autel et qui ont été bénis par le père Barthélémy.

Filéas et Jonas Lambert seront fidèles au poste et nous prions déjà pour eux !

Nous pouvons reprendre la prière de sainte Faustine, apôtre de la Miséricorde Divine.

 « Je désire me transformer toute entière en Ta miséricorde 
 et être ainsi un vivant reflet de Toi,
 ô Seigneur ; que le plus grand des attributs divins, Ton insondable miséricorde,
 passe par mon âme et mon cœur sur le prochain.
  
 Aide-moi, Seigneur, pour que mes yeux soient miséricordieux,
 pour que je ne soupçonne et ne juge jamais d’après les apparences extérieures,
 mais que je discerne la beauté dans l’âme de mon prochain et lui vienne en aide.
  
 Aide-moi, Seigneur, pour que mon oreille soit miséricordieuse,
 afin que je me penche sur les besoins de mon prochain
 et ne reste pas indifférente à ses douleurs ni à ses plaintes.
  
 Aide-moi, Seigneur, pour que ma langue soit miséricordieuse,
 afin que je ne dise jamais de mal de mon prochain,
 mais que j’aie pour chacun une parole de consolation et de pardon.
  
 Aide-moi, Seigneur, pour que mes mains soient miséricordieuses 
 et remplies de bonnes actions, afin que je sache faire du bien à mon prochain
 et prendre sur moi les tâches les plus lourdes et les plus déplaisantes.
  
 Aide-moi, Seigneur, pour que mes pieds soient miséricordieux,
 pour me hâter au secours de mon prochain, en dominant ma propre fatigue et ma lassitude. Mon véritable repos est dans le service rendu à mon prochain.
  
 Aide-moi, Seigneur, pour que mon cœur soit miséricordieux,
 afin que je ressente moi-même les souffrances de mon prochain.
 Je ne refuserai mon cœur à personne.
 Je fréquenterai sincèrement même ceux qui, je le sais, vont abuser de ma bonté,
 et moi, je m’enfermerai dans le Cœur très miséricordieux de Jésus.
  
 Je tairai mes propres souffrances.
 Que Ta miséricorde repose en moi, ô mon Seigneur.
  
 Ô mon Jésus, transforme-moi en Toi, car Tu peux tout.
 Ô mon Dieu caché dans ce grand et Divin Sacrement !
 Jésus, soyez avec moi à chaque moment !
 Et mon cœur sera tranquillisé. Ainsi soit-il. » 

Dimanche 9 août 2020

Messe de 11h00 à Saint Etienne les Orgues, célébrée par notre évêque Monseigneur Nault

Les habitants de St Étienne les Orgues et des villages environnants sont venus nombreux, comme les touristes habitués du lieu, pour participer à la messe présidée par Monseigneur Nault, accompagné du père Yves Clouet-d’Orval, habitant du secteur puisque résidant à Fontienne.

A l’issue de la célébration, un verre de l’amitié a permis de nombreux échanges entre les paroissiens et Monseigneur Jean-Philippe Nault, ainsi qu’avec madame le maire de St Étienne les Orgues, madame Patricia Paul présente à la célébration. Ce temps fraternel a aussi été l’occasion de vivre une dimension importante des 5 essentiels de la vie chrétienne (Prière, Charité, Formation, Évangélisation et Fraternité) : la convivialité !

Mercredi des Cendres 2020

Célébration des Cendres à Saint Étienne les Orgues

Même le père Barthélémy a reçu l’imposition des cendres.

Quelques explications :

Aujourd’hui mercredi des Cendres,( 1er jour du Carême) les chrétiens reçoivent l’imposition d’une croix avec des cendres, symbole de pénitence Ce symbole nous rappelle notre condition humaine : sur cette terre nous ne sommes que de passage et il exprime que nous sommes pécheurs, appelés à nous convertir. En traçant une croix sur le front du chrétien, le prêtre dit : « Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle. » (Marc 1, 15). Les cendres que l’on utilise pour la célébration sont faites en brûlant les rameaux bénis au dimanche des rameaux de l’année précédente. Le feu qui brûle le rameau évoque le feu de l’amour qui doit réduire en cendre tout ce qui est péché. (cf https://eglise.catholique.fr/glossaire/cendres/)